Faire de Saint Sauveur l’espace de tous les possibles

Communiqué d’Adrien QUATENNENS & Ugo BERNALICIS – Députés du Nord – La France insoumise
30 juin 2017 – Lille 

La phase de concertation autour du projet Saint-Sauveur s’achève le 30 juin. La ville de Lille s’apprête à urbaniser la quasi-totalité de la friche Saint-Sauveur (23 hectares), et à y aménager essentiellement des logements, des bureaux ainsi qu’une piscine olympique (construite par la MEL). Dans la version actuelle du projet, les espaces verts seraient réduits à la portion congrue (1,8 hectares) alors que ce nouveau « morceau de ville » attirera 5 000 habitants ; aggravant ainsi le déficit en espaces verts de la ville.

Nous entendons qu’il faille construire des logements et infrastructures supplémentaires à Saint-Sauveur comme ailleurs à Lille. Pour autant, le nombre de logements construits à Saint-Sauveur et ailleurs, correspond-t-il à des besoins locaux, justifiés par la démographie de la ville ?

Ce projet soulève des questions fondamentales et déterminantes pour l’avenir de la ville, notamment en ce qui concerne sa sociologie et son sens de l’écologie.

Le collectif « Fête Peau Neuve » ainsi que plusieurs associations et une pétition ( «Sauver Saint-Sauveur», comptant 11.000 signataires ) demandent que l’on prenne le temps d’une véritable concertation et de la conjugaison des savoirs et des savoir-faire pour que les lillois-e-s choisissent réellement ce qu’il convient de faire d’un tel espace. Il peut devenir le formidable point de convergence des initiatives, le liant entre des quartiers qui s’ignorent, le poumon vert de la ville, qui en a plus que jamais besoin.

De notre point de vue, c’est toute la démarche d’aménagement qu’il convient de réinterroger.

Il s’agit là du dernier espace de ce genre à Lille qui soit à ce jour encore disponible. Nous souhaitons que la concertation avec les lillois-e-s, et les associations devienne un processus permanent, pour que ces derniers puissent devenir acteurs de ce projet.

Nous voulons faire de Saint-Sauveur l’espace de tous les possibles.

C’est pourquoi, il nous semble important que :

  • Les usages ( logement, bureaux, équipements publics ) et la nature des équipements publics aménagés ( écoles, piscine olympique ) soient débattus démocratiquement.
  • La friche Saint Sauveur soit aménagée progressivement, par tranches plutôt que d’un seul tenant.
  • L’aménagement de la friche laisse une part plus importante au logement diffus et aux initiatives des particuliers ( habitat coopératif ).
  • L’on consacre au moins la moitié de la surface de Saint Sauveur à des espaces verts.

Par conséquent, nous demandons à ce que l’échéance de la phase de concertation soit reportée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *