Impliquez vous ! Ou quelqu’un le fera à votre place …

J’écris ce texte après un long silence sur mon blog.

J’écris ce texte après une séquence électorale et militante décevante pour ma part.

J’écris ce texte parce que j’aurais des remords de ne pas le faire, car au fond je n’aime pas être en retrait dans ce chamboulement politique.

J’écris ce texte en espérant qu’il suscitera un sursaut, un réveil, un éveil, un espoir, un avenir radieux.

Le titre de cet article est assez évocateur pour que le lecteur sache où je veux en venir. Je m’adresse particulièrement à mes proches, mes amis, ma famille, ceux qui m’ont aimé ou détesté, ceux qui me connaissent ou me reconnaissent. Nous avons tous une responsabilité individuelle dans la tournure dramatique que prend la situation politique. Jusque là, vous tous autour de moi, vous respectiez mon combat, mon implication, ma lutte, mon acharnement, ma passion pour la chose publique. Votre respect et votre reconnaissance m’ont souvent aidé à continuer, comme une sorte de carburant. Mais au fond, je ressens une certaine solitude dans mon engagement, comme si on me déléguait la responsabilité de mener la bataille pour nous tous, pour l’intérêt général. Mais cette délégation ne m’aide pas vraiment car à la fin nous sommes peu alors que nous devrions être si nombreux.

Lire la suite

Share

Peut-on faire autrement ? Oui, ça coule de source … (2/2) Et le torrent devint un ruisseau.

Je terminais mon précédent article en saluant la prise de position publique de Monsieur le maire de Ronchin, Alain RABARY, pour une gestion en régie publique de l’eau. La « realpolitik », comme ils disent (selon wikipédia, c’est Otto von Bismarck à avoir popularisé le terme le premier), m’aura très vite rattrapée. Suite à la réunion publique organisée dans la salle du conseil de la mairie, l’idée a germé de déposer une motion pour le conseil municipal suivant, le 4 février 2013, comme cela s’est fait avec plus ou moins de succès dans d’autres mairie. Lire la suite

Share

Appel en direction des militants et de la direction de la Jeunesse Communiste et de l’Union des Etudiants Communistes

Nous sommes dans une période historique particulière du capitalisme. Ce dernier est en train d’essuyer une deuxième crise d’une ampleur sans précédents. Les contradictions du système se montre de plus en plus au grand jour. Les très riches accumulent des richesses inouïes sur le dos des peuples et l’écart des salaires varie jusqu’à plus de 300 fois! Les banques s’attaquent aux Etats, les dépossédant de leur souveraineté à l’exemple de la Grèce. La misère gagne du terrain avec 1 français sur 7 sous le seuil de pauvreté et une explosion de la précarité, également chez les travailleurs. Je ne m’attarde pas sur le constat que nous partageons largement.

C’est dans ce contexte qu’arrive les élections présidentielles et législatives de 2012. Nous avons un président de la République au plus bas de sa popularité, une droite divisée, une extrême droite revigorée et un Parti Socialiste qui se fourvoie dans des primaires qui ont montré leur échec en Italie. De notre côté, la stratégie de rassemblement du Front de Gauche a donné à voir une progression électorale lors des derniers scrutins, malgré une abstention croissante. Loin du score du PCF en 2007, nous concourons pour la première place à gauche. Le chemin reste long à parcourir mais il est plus aisé de partir des 10% que nous octroie actuellement les sondages (même si ils n’ont que peu de scientificité, ils ont un impact non négligeable sur l’opinion des citoyens).

Lire la suite

Share

Mieux vaut tard que jamais !

Il reste quelques jours pour s’inscrire sur les listes électorales pour pouvoir voter pour les élections cantonales de mars 2011. En effet, l’inscription sur les listes doit se faire avant le 31 décembre de l’année précédent les élections. Pour se faire, il faut se rendre dans sa mairie muni d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile (quittance de loyer, facture d’eau, d’électricité, etc). Il y a juste un formulaire à remplir. C’est donc 5 minutes qui permettent de changer la vie pendant 6 ans (durée d’un mandat de conseiller général). Lire la suite

Share