Bilan d’été

Je prends le temps d’écrire un petit article en cet fin d’été après une longue absence sur mon blog. L’absence d’activité ici n’est pas du tout à l’image de l’énergie militante que j’ai dépensé ces derniers mois, c’est le moins que l’on puisse dire. C’était pour moi une deuxième élection présidentielle en tant que militant, mais aussi une deuxième expérience de candidat dans un scrutin uninominal. Beaucoup de choses ont changé après cette séquence politique. Déjà personnellement, je rentre définitivement dans la vie active suite à la réussite au concours de l’IRA (Institut Régionale d’Administration) de Lille. Cela me permettra de pouvoir me projeter à plus long terme. Et puis évidemment Sarkozy a été battu, et la « gauche » est déjà au pouvoir depuis 100 jours avec l’élection de François Hollande. Néanmoins, le capitalisme financier continue sa prédation avec la même force, les grecs ayant failli de le stopper. Mais nous sommes tout de même plus nombreux et plus fort, que ce soit en France ou dans les autres pays.

Une campagne présidentielle hors du commun !


Cette campagne présidentielle de 2012 a été hors du commun pour nous, parce qu’autrement les similitudes avec celle de 2007 sont nombreuses. La campagne a démarré très tôt dans les médias avec un côté course de cheval avec un trio près établi Sarkozy-Hollande-LePen. Ce sera d’ailleurs le trio de fin. En ce qui concerne le débat de fond, sur les idées, comme en 2007, il a commencé très tard sans jamais vraiment avoir lieu. Aucun média n’a vraiment joué le jeu se cachant derrière les fameuses règles du CSA. Seule l’émission Des paroles et des actes a un peu rempli ce rôle. C’est d’ailleurs cette émission qui a fait connaître Jean-Luc Mélenchon et le programme du Front de Gauche. Cette campagne a donc été hors du commun par notre seul fait, par nos rassemblements dans des salles et en plein-air d’une ampleur extraordinaire. Beaucoup garderont longtemps en mémoire la prise de la Bastille avec plus de 120 000 personnes ! A Lille aussi nous avons été très nombreux : 23 000 personnes. En réalité du jamais vu ici ! Même Ségolène Royal au deuxième tour de 2007 ne fait pas autant dans la même salle. La campagne a été hors du commun également parce qu’elle a été unitaire, avec des hauts et des bas, mais unitaire tout de même. Hors de commun parce qu’elle s’est faîte avec un programme ambitieux, construit et cohérent, bien que demandant a être approfondi. Le résultat, quand à lui, a été bon (11,11%), mais pas hors du commun. Et pourtant, il paraîtrait que 30% des électeurs qui ont voté Hollande ont hésité a voté Mélenchon (http://www.ifopelections.com/component/article/?eid=530). Le comble c’est que s’ils n’avaient pas hésité, nous aurions gagné la présidentielle avec à la clé la mise en place d’une assemblée constituante. Nous avons tout de même réussi à rendre visible et crédible une alternative au système capitaliste et à la social-démocratie. Reste à transformer l’essai.

Une campagne des législatives harassante

Cette campagne a été à 180° de la présidentielle : aucune couverture médiatique, pas de débat d’idée, des fausses rumeurs d’une possible cohabitation, etc. Tout le monde a dépensé son énergie dans la campagne présidentielle, c’est donc avec le carburant de la réserve que la législative s’est organisée. Le score plutôt bon de la présidentielle a été, pour le grand nombre, perçu comme un échec puisque Le Pen est arrivée devant nous, malgré des sondages qui nous donnaient devant elle 3 semaines avant le scrutin. Il faut dire que dès que les sondages validaient l’hypothèse d’un Mélenchon en 3e position, les médiacrates se sont mis en branle pour inverser la tendance, tous expliquant le « danger Mélenchon ». C’est sans doute ce qui a découragé les 30% dont je parlais plus haut. Le très court laps de temps entre le deuxième tour de la présidentielle et le premier tour des législatives a obligé tout le monde à travailler dans l’urgence. Je n’ai pas assez insisté sur la nécessité d’anticiper et de se mobiliser sur la campagne législative aux moins 3 mois à l’avance. Nous avons tout de même réussi à organiser une fête en plein-air avec un meeting avec Jean-Luc. On y a vu défiler plus de 1 500 personnes ce qui est plutôt bon pour une législative. Mais la fatigue se faisait sentir et était visible sur tous les visages, surtout celui de Jean-Luc. 60% de nos électeurs de la présidentielle ne se sont pas déplacés pour voter pour nous aux législatives. Cela a eu pour résultat de nous faire chuter à 7% nationalement. Dans la deuxième circonscription du Nord où j’étais candidat je me positionne en deuxième place à gauche avec 8,87%. Je passe devant le candidat d’Europe-Ecologie-Les-Verts alors que celui-ci était présenté depuis plus d’un mois et demi comme le principal challenger de la socialiste dans la presse locale (Voix du Nord essentiellement). Le responsable de la rédaction locale de la Voix du Nord m’a même confié s’être trompé dans son analyse suite aux résultats. Bref l’honneur est sauf mais les batteries sont à plat. Les vacances auront vraiment été mérités.

Direction les estivales du Front de Gauche

Je me rends pendant quatre jours aux estivales du Front de Gauche du 23 au 26 août à Grenoble. Deux jours internes au Parti de Gauche, et deux jours communs à toutes les organisations du Front de Gauche. Il semble que l’on s’avance vers une intégration plus forte au sein du Front de Gauche. Cependant les comportements parfois sectaires de plusieurs fédérations communistes pourraient mettre en péril le Front de Gauche. En réalité, la balle est surtout dans le camp du Parti de Communiste. Les rapports de forces au sein du Front de Gauche ont tout de même évolué. Mais les prochains scrutins, notamment locaux, seront un test sans deuxième chance pour le Front de Gauche. 4 millions d’électeurs nous attendent au tournant et n’accepteront pas des stratégies de compromission électoraliste comme Europe-Ecologie. Nous devons rester exemplaire, et c’est j’espère ce qui ressortira de ces estivales du Front de Gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *