Lille, capitale du béton

21 février 2019 – Communiqué de presse Adrien Quatennens, Ugo Bernalicis, députés du Nord et Julien Poix, candidat insoumis aux élections européennes 2019

Alors que le début de la nouvelle enquête publique sur la friche Saint-Sauveur s’ouvre ce vendredi 22 février 2019, la mairie de Lille procède depuis lundi 18 février à l’édification d’un mur interdisant l’accès des riverains à l’espace du Belvédère à Porte de Valenciennes.

Un jugement en référé du 5 octobre 2018 a pourtant suspendu la délibération du conseil de la MEL qui déclarait le projet d’aménagement de Saint-Sauveur comme relevant de l’« intérêt général ». Ce jugement avait créé l’opportunité d’une nouvelle période de consultation des lillois, que Martine Aubry refuse de saisir.

Depuis ce mardi 19 février, des membres de l’association PARC, des riverains habitués du lieu et des militants de tous horizons se relaient afin d’empêcher la construction du mur autour du Belvédère, propriété de la MEL et seul espace de nature du quartier. Nous leur apportons notre soutien.

Nous rappelons que dans une ville où la proportion d’espace vert par habitant est critiquement basse (14 m² par habitant), le Belvédère est l’un des derniers lieux ouverts non-urbanisés qui, avec l’ensemble de la friche Saint-Sauveur, offre le potentiel pour créer un second poumon vert et culturel à Lille.

Martine Aubry commet une grossière erreur. Nous déplorons le caractère unilatéral et non-concerté de la décision. Avec ce mur, la mairie s’éloigne des citoyennes et des citoyens de Lille qui expriment une crainte légitime vis-à-vis de ce projet et une vision audacieuse pour l’avenir notre ville. Les lillois ont le droit de savoir quelles seront les conséquences du chantier Saint-Sauveur pour les espaces de leur quotidien.

Une refonte totale du projet est nécessaire. Les Lillois doivent pouvoir s’emparer largement de la question. D’ici à l’été nous organiserons les conditions d’une expression directe de la population. Bétonner Lille n’est pas un projet, les citoyens méritent des espaces verts, pour eux et pour les générations futures.

Adrien Quatennens & Ugo Bernalicisdéputés France insoumise du Nord

Julien Poixcandidat insoumis aux élections européennes 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.